La souffrance au travail – reportage RTBF de Michel Gasset

Emission Transversale RTBF La Première samedi 8 juin 2013 – Reportage de Michel Gasset.

La souffrance au travail, et en particulier la souffrance morale, augmente depuis une quinzaine d’années dans des proportions inquiétantes. Elle est pénible et invalidante pour le travailleur qui parfois décroche. Les entreprises sont confrontées à l’absentéisme au travail, à son coût et ses conséquences. Les SEPP peuvent aider les entreprises à prévenir et gérer la souffrance au travail.

Qu'entend-t-on par souffrance au travail ?

Longtemps la souffrance au travail était assimilée à la souffrance physique. Celle-ci est bien sûr toujours présente dans les entreprises, mais depuis 10 à 15 ans, avec la multiplication des nouvelles technologies, la mondialisation, et la crise économique, la souffrance est aussi morale : épuisement physique, burnout, stress, harcèlement …

1 Belge sur trois dit souffrir au travail et l’absentéisme n’a jamais été aussi élevé qu’en 2012. Ces travailleurs sont absents pour de longues durées : de 3 à 6 mois, mais souvent beaucoup plus pour un burnout, cet état extrêmement pénible où la personne a brûlé toutes ses cartouches pour se sentir vidée ou parfois atteinte d’une pathologie lourde.

Aucun secteur n’est épargné, aucune catégorie de travailleur.

Les entreprises et la souffrance au travail

Face à ce constat, les entreprises commencent à s’intéresser aux conséquences et au coût de l’absentéisme : coûts directs (salaire), coûts indirects : personnel intérimaire, heures supplémentaires, perte de qualité, effet de boule de neige sur les collègues…

Elles sont tentées au départ  d’accuser le travailleur mais doivent assez vite remettre en question leur fonctionnement et leur mode de management.

Le rôle préventif des Services Externes de Prévention et Protection au Travail

Alice Arens, responsable de l’unité Charge Psychosociale au CESI, explique clairement l’aide que peut apporter le Service Externe, dans la prévention mais aussi au moment de la réinsertion du travailleur.

Tandis que le médecin du travail évaluera si le travailleur est apte à reprendre son travail, la cellule "Charge psychologique", au cours de réunions de conciliation avec l’employeur, cherchera à évaluer les questions suivantes:

  • Doit-il changer de poste de travail ?
  • Doit-il diminuer son temps de travail ?
  • Quelles sont les conditions à respecter pour son retour ?
  • Comment communiquer autour de son retour ?

Le reportage de Michel Gassée dans Transversales aborde cette problématique au travers de témoignages et d’acteurs du secteur de la santé au travail.

Podcast Emission Transversale RTBF La Première samedi 8 juin 2013 – Reportage de Michel Gasset.

04/07/2013
CESI